Enfant-pluie

 

Enfant-pluie
De Marc Graciano
Aux Editions Corti

Résumé de l’éditeur :

Mon nom est Enfant-pluie.
Je suis née lors d’une immense et violente pluie d’orage qui s’est abattue sur notre vallée. Une pluie encore inconnue de mémoire des gens de mon peuple.
Celle-qui-sait-les-herbes m’a fait naître.

Mon avis :

L’enfant-pluie, personnage principal du conte éponyme, nous raconte,  de ses yeux d’enfants et avec un langage, souvent rempli d’humour, sa naissance, son enfance, et la vie de son peuple, les tailleurs de silex qui vivent dans la forêt. Seule indication qui nous permette de dater approximativement le moment où se déroule l’histoire.
L’enfant pluie est l’enfant élu, il est celui qui succèdera à Celle-qui-sait-les-herbes, aussi s’emploie-t-elle à l’éduquer et à lui transmettre sa connaissance des plantes, des forêts, des grottes et des peintures rupestres qui ornent certaines d’entre-elles. Un rite initiatique long d’une lunaison amènera cet enfant loin de son peuple pour parcourir la terre et découvrir certains de ses secrets.

Celle qui sait les herbes a dit « que Notre mère la terre est grande mais que les gens sont petits ».

Ce livre est une ode à la nature et aux premiers hommes qui accordaient importance et dévotion à leur mère nourricière : la terre. Humbles face aux éléments et reconnaissants envers la nature pour ce qu’elle leur apportait, ils vivaient de trocs en fonction des ressources naturelles qu’ils trouvaient à proximité de leur lieu de vie et échangeaient leur silex contre des coquillages rapportés par les peuples voisins.

« Souvent, je pars seul m’allonger à la lisière de la forêt. Je rassemble les mains derrière la tête en guise d’oreiller et je rêve.
Certains de ceux qui viennent chercher des silex et nous donner des coquillages en échange disent qu’il existe, là où ils habitent c’est-à-dire loin vers le côté où le soleil se couche, une vaste rivière sans fin animée de vagues perpétuelles.
J’imagine cette grande rivière qui déroule à l’infini ses vagues derrière la lisière de notre forêt et j’essaye de n’avoir la tête qui tourne. »

Je recommande vivement la lecture de ce livre. L’homme moderne et matérialiste a oublié le rôle primordial que joue la Terre dans nos vies. En ces temps troubles où les puissances mondiales n’arrivent pas à s’entendre sur les conséquences du réchauffement climatique, l’Enfant-Pluie raisonne comme un rappel, l’urgence de se préoccuper de  la dégradation de la planète.