Funerailles célestes

 

De Xinran

Aux Editions Picquier Poche

En 1958, Shu Wen mariée depuis seulement quelques mois à Kejun, apprend que son époux qui s’était enrôlait dans l’armée comme médecin, a été tué au Tibet.
Refusant de croire à son décès et elle-même médecin, elle décide de s’enrôler à son tour pour retrouver son mari. L’armée chinoise compte à cette époque peu de femme dans ses rangs et bien que mise en garde par sa hiérarchie sur la rudesse du pays qu’elle va découvrir, elle ne renonce pas et par amour se lance dans une aventure qui durera plus de trente ans. Sur ces terres battues par les vents où l’on ne trouve que deux saisons, au contact d’un peuple chaleureux, elle découvrira un univers totalement inconnu, où ses talents de pédiatre lui seront de peu d’utilité. Après tant d’années sur les plateaux, hors du temps et sans conscience de ce qui se passe dans le monde, devenue Tibétaine plus que chinoise, elle comprendra, seulement lors de son retour en Chine, comment la Révolution culturelle a changé à jamais le visage du pays qu’elle avait connu des années auparavant.
Un livre émouvant qui donne une large vision de la culture et des coutumes du Tibet, de la rudesse de son climat, de l’hospitalité de ses habitants, de l’entraide qui unit les nomades ainsi que l’importance de la religion dans leur quotidien mais également de ce qui pourrait passer pour un rite barbare mais qui reste pour eux un passage symbolique hautement spirituel : les funérailles célestes.
Un magnifique moment de lecture.

N.T.