LA RELIGION -Tim Willocks

 

 

Aux Editions Pocket

Traduit de l’anglais par Benjamin Legrand

« La Religion », c’est le nom que se donne l’ordre des Hospitaliers, mais c’est aussi la bannière sous laquelle se rallie parfois la folie des hommes. En 1565, claustrés sur leur petit archipel au sud de la Sicile, les chevaliers de Malte s’apprêtent à recevoir les furieux assauts de l’armée ottomane. A un contre cinq, les chrétiens tiennent le siège au prix de combats effroyables. Un déchaînement de violence dans lequel se trouve entraîné Mattias Tannhauser, un ancien janissaire qui a connu les deux camps. Pour les beaux yeux de la comtesse Carla La Penautier, le trafiquant d’armes et d’opium embarque pour l’enfer…

« Vision panoptique des événements, arts du point, puissance hypnotique de l’intrigue, poésie de l’évocation, imagination cruelle et souriante. » Daniel Rondeau – Le Monde

 

« Un roman éclatant, puissant, poétique : un triomphe littéraire. » the New York Times

Mon humble avis :

Au printemps 1540, dans les Monts Fagaras à l’Est des marchés de Hongrie,  Mattias 12 ans est témoin du massacre de sa petite sœur et de sa mère.  A l’aube, alors qu’il s’apprête à la trempe d’une épée qu’il réalise dans la forge de son père, les guerriers ottomans pillent son village et violentent sa mère avant de la tuer sous ses yeux, ainsi que sa petite sœur.

Mattias est enrôlé de force pour devenir « Devshrimé » dans l’armée de janissaires du Sultan Soliman sous les ordres de Mustapha Pacha. Il s’appellera dorénavant « Ibrahim Kirmizi » ou « Ibrahim le rouge » et fera le serment à Trébizonde de protection du premier-né de Soliman.

En 1565, soit 25 ans plus tard, on retrouve Mattias à Messine en Sicile où il a quitté les affres de la guerre pour devenir marchand d’armes, athée et peu scrupuleux, sous le nom de Tannhauser.

Accompagné de ses deux fidèles amis, Bors et Sabato Svi, ils font prospérer leurs affaires mais c’est sans compter les jalousies de Ludovico Ludovici, haut membre de l’inquisition, agent secret à la solde de Michele Ghisleri Inquisiteur général de toute la chrétienté, qui conspire contre tous les hérétiques et spécule également sur la mort du Pape Pie IV,  lui-même peu  favorable à  l’Inquisition.

A l’approche de l’armada ottomane dans les eaux Maltaise, Jean Parisot de la Valette souhaite convaincre Tannhauser de se rallier à la cause de la Religion sur l’île de Malte et de contribuer à la protection du Bargo. La connaissance de Tannhauser du monde ottoman de ses manières et de ses rituels sera un atout considérable dans leur lutte pour la protection de leur île.

Mais Tannhauser a raccroché avec les armes depuis longtemps et sera difficile à convaincre.

Jean de la Valette n’hésitera pas alors à utiliser tous les moyens possibles pour le rallier à sa cause. Et connaissant la faiblesse de Tannhauser pour les femmes, il confiera cette tâche à Carla de la Penautier, dont le seul désir est de retourner sur l’île de Malte alors que son accès lui est refusé. Le marché est simple, si elle réussit à convaincre Tannhauser, elle aura alors le droit d’accéder à son vœu le plus cher, retourner sur ses terres.

Au travers de longs récits de batailles et de luttes pour le pouvoir, Willocks nous entraîne dans les guerres de religion. Il nous rappelle la cruauté et la perfidie de l’inquisition ainsi que la force et l’engagement des janissaires.

Intrigues religieuses et amoureuses savamment mêlées, ce roman historique nous amène à nous interroger sur notre propre intolérance face aux idées contraires aux nôtres et sur les chemins que nous empruntons dans la vie pour atteindre nos buts.

Même si la longueur de certains passages, notamment ceux qui concernent les batailles, le rende un tantinet fastidieux à lire, on peine à le quitter lorsque la dernière page est tournée.