LA THEORIE DE L’INFORMATION – Aurélien Bellanger

rsz_la_théorie_de_linformationAux Editions Gallimard

Résumé de l’éditeur :

La Théorie de l’information est une épopée économique française. De l’invention du Minitel à l’arrivée des terminaux mobiles, de l’apparition d’Internet  au Web 2.0 du triomple de France Télécom au démantèlement de son monopole, on assistera à l’irruption d’acteurs nouveaux, souvent incontrôlables.

La Théorie de l’information est l’histoire de Pascal Ertanger, le plus brillant d’entre eux. Adolescent solitaire épris d’informatique, il verra son existence basculer au contact de certains artefacts technologiques : éditeur de jeux en BASIC, pornographe amateur, pirate récidiviste et investisseur inspiré, il deviendra l’un des hommes les plus riches du monde.

La théorie de l’information raconte aussi comment un article scientifique publié en 1948 a révolutionné l’histoire  des télécommunications et fait basculer le monde dans une ère nouvelle, baptisée Age de l’information. Pascal Ertranger s’en voudra le prophète exclusif.

La théorie de l’information évoque enfin le destin d’une planète devenue un jouet entre les mains d’un milliardaire fou.

Mon avis :

Alors que depuis quelques jours les médias s’enflamment sur la future école d’informaticiens  créée par Xavier Niel, moi je termine fort à propos « La Théorie de l’Information.  Ce livre a été l’un des événements marquants de la rentrée littéraire de septembre 2012.

Je me suis tout à d’abord replongée avec beaucoup de plaisir dans l’aire du minitel, époque fantastique de mon adolescence où les avancées technologiques promettaient un avenir radieux à tous les geeks en herbe.

J’ai revécu avec beaucoup d’intérêt et de plaisir nostalgique,  la genèse de l’aire télématique et informatique puis enfin l’épopée numérique de ces trente dernières années. Si le début du livre était prometteur, la fin me laisse un peu perplexe. Entre les aspects  économique,  philosophique, romanesque, scientifique et même parfois mystique, abordés dans cet ouvrage, je m’y perds un peu. Je ne sais plus vraiment que retenir, si ce n’est peut-être l’histoire de la vie mouvementée du personnage principal, Pascal Ertanger, dont le parcours ressemble étrangement à celui de Xavier Niel.

Entrevoir ce que fut la vie de ce trublion de l’informatique, autodidacte et avant-gardiste, allège un peu la lecture de cet ouvrage.

E.D