Le vestibule des causes perdues

Le vestibule des causes perdues

 

de Manon Moreau

Aux Editions Delphine Montalant

Résumé de l’éditeur :

C’est l’histoire de Mara, de Robert, de Sept Lieus, d’Henrique, de Bruce, de Clotilde, de cet homme qu’on appelle le Breton, de Flora et d’Arpad. Un retraité, un joueur de guitare, un cow-boy, un exégète de Claude Simon, une brunette maigrichonne, un taiseux, une grande bourgeoise fatiguée, un gars que la vie un jour a pris pour un punching-ball. L’histoire de gens qui dans leurs existences urbaines n’avaient aucune chance de se croiser, mais qui tous, un jour, enfilent de grosses chaussures, un sac à dos et mettent le cap vers les confins de l’Espagne, le bout du monde, la fin de l’Europe : Saint Jacques de Compostelle. Sans se douter que ce chemin vieux comme les contes emporte ceux qui l’arpentent bien plus loin que ce qu’ils pouvaient imaginer.

C’est un peu l’histoire de la tour de Babel, sauf que cette fois, ce sont les hommes qui auraient eu le dernier mot.

Mon humble avis :

Il est un temps lointain où la petite fille que je fus, regardait son père réparer les bâtons et les cannes abîmés des pèlerins de St Jacques passant devant notre maison. Tant d’entre eux ont franchi le pas de notre porte, certains assoiffés, d’autres fourbus par les kilomètres parcourus. Je me rappelle tous ces gens, tous ces étés, venus de loin, Belgique, Hollande, Autriche, Paris, à pied ou  à vélo. Ils cheminaient le long de la départementale 933.  Je me rappelle aussi,  l’hospitalité de mon père qui les conviait à déjeuner ou  à dîner, ou même, leur  laissait jusqu’à planter leur tente dans le jardin. Tant de cartes postales reçues de St Jacques ou d’ailleurs pour le remercier de sa générosité…

Alors forcément lorsque je me plonge dans le « Vestibule des causes perdues », je retrouve avec les pèlerins de Marion Moreau, un peu de mon enfance. Cette époque révolue où l’on prenait le temps de discuter avec des inconnus, des étrangers de passage. On ne parlait pas encore anglais mais à grands coups de gestes et de sourires, on arrivait à se comprendre. On partageait de petits moments simples mais intenses.

A delà des souvenirs et de l’émoi que provoque cet ouvrage, j’ai le sentiment d’avoir moi-même cheminé avec chacun des protagonistes sur cette route célèbre du Puy en Velay jusqu’à Saint Jacques. J’ai souffert avec eux,  me suis émerveillée, j’ai compati à leur peine et bien que n’ayant reçu aucun « credential », je me sens désormais l’âme d’un pèlerin.

« Le vestibule des causes perdues » c’est la rencontre de personnalités différentes que rien n’aurait peut-être uni dans leur vie mais qui se retrouvent sur ce chemin chacun un peu replié sur lui-même, portant sur son dos la raison, parfois lourde, de la décision de partir. Des univers variés de personnages empêtrés dans leurs remords, leurs doutes, leurs craintes… Tous ont  pris la route pour une bonne raison, qui deviendra  une évidence au fur et à mesure des étapes.

Ces marcheurs  solitaires, vont se croiser au fil des étapes, se revoir, partager leurs peines,  s’entraider, et noueront des liens qui viendront illuminer leur chemin et rendront ce voyage unique et merveilleux. Qu’importe d’où l’on soit,  qu’importe l’âge, ou le problème, que l’on parle français, espagnol, portugais ou bulgare, le but ultime est de comprendre, d’arriver, de se retrouver là-bas au bout du monde de l’Europe et de ne jamais oublier ce qui fut vécu sur ce chemin.

De sa douce écriture, comme une poésie de plus de 300 pages, associée à un soupçon de spiritualité, et beaucoup de tendresse, Manon Moreau fait de ce voyage  un enchantement.

 « De toute façon le chemin fait bien les choses, la vie s’applique, ceux qui doivent se trouver se trouvent, personne n’y coupe.