L’ORIENTALISTE – Tom Reiss

L’Orientaliste, une vie étrange et dangereuse de Tom Reiss aux Editions Phébus libretto

 

Résumé de l’éditeur :

Comment Lev Nussimbaum (1905-1942), un juif d’Azerbaïdjan ayant fui Bakou devant l’arrivée des bolcheviks, est-il devenu Essad Bey, prince musulman et flamboyante figure des milieux interlopes du Berlin de Weimar, puis Kurban Said, auteur des romans Ali et Nino et La Fille de la Corne d’Or ? Comment, en brouillant les pistes sur ses origines et en jouant avec ses identités, a-t-il pu échapper aux premières persécutions nazies, et être pressenti, en pleine guerre, pour être le biographe officiel de Mussolini ?

C’est le parcours de ce personnage hors du commun que retrace Tom Reiss dans l’Orientaliste, de l’Asie centrale à l’Italie, en passant par Constantinople, Berlin et New York, à travers les bouleversements de la première moitié du XX° siècle.

Notre humble avis :

Cet ouvrage retrace la vie extraordinaire de Lev Nussimbaum, auteur aux multiples identités. Sa vie riche en évènements à travers les guerres et les continents méritait bien un roman. Tom Reiss a su rendre hommage à cet homme au destin surprenant.  On évolue dans la première moitié du XX° siècle autour des millionnaires du pétrole de Bakou, de la fin du régime tsariste, de l’arrivée des Bolcheviks, de la fuite des russes vers les pays orientaux, puis occidentaux, la France, l’Allemagne. On y découvre la vie des exilés russes à Berlin et à Paris et surtout la puissance de la République de Weimar, et les débuts de la traque du peuple juif.

Un excellent livre !

L’orientaliste :  pour en savoir un peu plus sur Lev Nussimbaum raconté par Tom Reiss

Image de prévisualisation YouTube