Trouble(s)

troubles-1_0

Des auteurs :  Lafani et Renault

Aux Editions de l’Epée

Sortie en Livre de Poche prévue en juin prochain

Commentaires de l’éditeur :

Six otages filmés par webcam. Des millions de votants sur Facebook. A vous de choisir qui restera en vie.

« Au secours ! » Quand le jeune Tom Laughton lit ce message sur le Facebook de son ami Erasmus, il se moque de lui : « Alors, Erasmus, de retour à Londres ? «  Mais Erasmus ne répondra pas, car il vient d’être kidnappé, avec cinq autres personnes provenant des quatre coins du monde. Aussitôt, des vidéos des séquestrés commencent à circuler sur Internet.

Ni la police, menée par l’agence Clara Capland, ni les médias ne parviennent à mettre un terme à la plus incroyable prise d’otages que le monde ait connue. Le pire surgit alors sous la forme d’un vote sur Facebook :

« Choisissez celui que vous voulez sauver. » Et pour montrer à tous qu’il est sérieux, le bourreau du monde virtuel tue un premier otage, froidement, en direct. « Pour celui-là, vous ne pouviez rien faire. Lequel des cinq autres allez-vous sauver ? »

Tension permanente, rebondissements de haut-vol, fausses pistes et frayeurs, TROUBLE(S) est bâti comme la meilleure des séries américaines, et a le don de rendre tout aussi accro, dès les premières pages.

Mon avis :

Des ordinateurs, des webcams, des internautes, des réseaux sociaux et des individus kidnappés … Voici, à la fois, la trame de fond de ce polar des temps modernes  et le terrain de jeux  d’un assassin qui use de la toile pour orchestrer ses crimes.

Le tueur, après avoir enlevé plusieurs personnes, organise une machiavélique mise en scène devant des millions d’internautes et leur impose de voter pour l’un de leur proche ou la personne qu’ils veulent épargner. On entre alors dans une double manipulation planétaire, celle de l’information et des internautes.  Emportés dans ces crimes bien malgré eux, ils deviennent des acteurs contraints de se soumettre à la volonté de ce criminel afin de protéger leurs amis et leur éviter d’être tué. Paradoxalement, ils contribuent aussi par ces mêmes votes à la mort certaine d’un des otages.

Le tueur diffuse des nouvelles au fur et à mesure de l’évolution de son plan sur les réseaux sociaux, se substituant à la presse, et par là même, lui faisant perdre l’exclusivité de l’information. Un voyeurisme malsain s’installe au sein de la population qui se retrouve impliquée non pas dans une télé-réalité mais un show de crimes perpétrés en direct sur le net. L’attraction par l’horreur joue le jeu  du criminel qui profite d’un nombre croissant de spectateurs.

Au-delà de la tension, des rebondissements de l’histoire et du suspens qui tient le lecteur en haleine, plusieurs sujets sont abordés ; le traitement de l’information et l’importance qu’on lui accorde, la place qu’occupe le virtuel dans nos vies et la faiblesse de ces systèmes, prétendument performants et sûrs mais que l’on ne maîtrise pourtant pas toujours …

Ce livre va ravir un large public ; les jeunes par son côté véridique et actuel, et  les moins jeunes par l’originalité du sujet et la construction de l’histoire, écrite à quatre mains.

Lafani et Renault… Un tandem  à suivre…